La dualité, c’est ce qui est double en soi. C’est la coexistence de deux natures différentes, humaine et divine. La dualité, c’est le 2, qui implique à la fois complémentarité et division. Dans la dualité, nous nous sentons séparés, divisés. L’ego, le ‘moi je’, a l’impression d’exister comme un individu indépendant. C’est la tendance de l’homme à créer dans son esprit une autre réalité que la réalité. Nous pensons le monde au lieu de VOIR le monde tel qu’il est. Le mental devient notre outil prédominant pour appréhender le monde.
Dans la dualité, le mental prend toute la place. Il exécute son rôle à merveilles. Il classe, étiquette, analyse, juge d’après les critères ‘bien’ ou ‘mal’, ‘acceptable ‘ou ‘non acceptable’.  Il recherche ce qui est agréable rejetant le désagréable. Il est dans une relation duelle, de combat qui crée les conflits intérieurs et extérieurs.
Le mental-ego se manifeste par les peurs et les croyances. Il crée les peurs et croyances qui nous limitent.  Nous croyons que ce que nous pensons être est ce que nous sommes. Nous disons ‘je suis incapable’, je suis nul, je suis jaloux’ et nous croyons que c’est la vérité.
L’Unité, c’est le 1, l’indivisé, l’individu. Nous sommes unis dans nos natures différentes. L’humain et le divin sont unis dans l’expérience humaine. Le moi individuel n’est pas séparé du Tout. Nous sommes les vagues et l’océan. Nous sommes l’Un manifesté dans une forme unique et personnelle.
Pour retrouver l’Unité, nous faisons une pause pour prendre de la distance avec toutes nos identifications. Nous faisons appel à notre cœur. Nous lui permettons de se ré-ouvrir, les souffrances l’ayant amené à se fermer.
En ouvrant notre cœur, nous entrons dans le monde du ressenti et des émotions. La plupart du temps, nous ne laissons pas s’exprimer nos émotions. Quand elles sont négatives, nous avons tendance à vouloir les éloigner pour revenir à quelque chose d’agréable. Mais lorsque nous chassons l’émotion, elle va juste s’imprimer au lieu de s’exprimer. Elle est un moyen de communiquer notre état d’âme, notre état profond. Quelles soient agréables ou désagréables, les émotions doivent être VUES pour être accueillies.
Si je ressens de la tristesse, je la laisse s’exprimer, je la laisse grandir en moi, prendre la place dont elle a besoin. Je n’émets pas de jugement sur cette tristesse, je ne recherche pas de cause, je ne justifie pas. Juste je l’accueille. Par cet accueil inconditionnel et cet amour inconditionnel que je m’offre, la transformation se fait.

Share Button

Laisser un commentaire